Les Français ont tranché : au terme d’une drôle de campagne, marquée notamment par la polémique sur le recours à des cabinets de conseil par l’État, la guerre en Ukraine et un regain temporaire de l’épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouveront au second tour de l’élection présidentielle. Comme en 2017.

La candidate soutenue par le RN a axé sa campagne sur la défense du pouvoir d’achat, estimant que son électorat connaissait déjà ses positions sur l’immigration et la sécurité. En face, le chef de l’État a défendu son bilan et promis de poursuivre les réformes engagées depuis le début de son quinquennat, dont celle sur les retraites. Le duel entre ces deux représentants que tout oppose va occuper l’espace médiatique durant les prochaines semaines. Pour vous aider à mieux connaître leurs positions et propositions de campagne, Le Figaro vous propose de retrouver certaines de nos vérifications réalisées ces derniers mois.


Education : un niveau des élèves en progression ?

Désaccord entre la Cour des comptes et la rue de Grenelle. Dans un rapport, les magistrats ont estimé que la «performance globale du système éducatif français» tendrait à «se dégrader». «Le système éducatif français présente des performances médiocres», écrivent-ils également. Un constat rejeté par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Alors, qui a raison ?

À lire aussiLe niveau scolaire des élèves français est-il vraiment en train de progresser ?

Budget : les milliards du «quoi qu’il en coûte» ont permis de faire des économies ?

L’idée peut sembler paradoxale : pour le ministre de l’Économie et des Finances, les sommes énormes mises sur la table pour protéger l’activité et les entreprises durant la crise du Covid-19 ont permis d’éviter… de voir les dépenses augmenter davantage. «On se serait bien davantage appauvri si on n’avait pas dépensé de l’argent pour protéger les salariés et les entreprises», a assuré Bruno Le Maire. Une idée reprise par Emmanuel Macron, depuis. À raison ?

À lire aussiLe «quoi qu’il en coûte» a-t-il permis d’éviter une explosion de la dette ?

Sécurité : les 10.000 postes promis sont-ils bien là ?

C’était l’une des promesses phares d’Emmanuel Macron en 2017 : renforcer considérablement les effectifs des forces de l’ordre, en recrutant «10.000 policiers et gendarmes supplémentaires». Cinq ans après, certains, comme Nicolas Dupont-Aignan, remettent en cause le bilan du quinquennat sur ce point. Le compte est-il bon ? Les postes ont-ils effectivement été créés ?

À lire aussiY a-t-il bien eu 10.000 postes supplémentaires de policiers et gendarmes durant le quinquennat Macron?

Emploi : l’objectif de baisse du chômage a-t-il été atteint ?

La lutte contre le chômage est à la fois l’une des causes centrales du quinquennat Macron, en même temps que l’un des arguments brandis à l’envi par le président de la République pour défendre son bilan. Malgré les crises, dont le choc du Covid-19, «nous avons, aujourd’hui, un taux de chômage qui est le plus bas depuis quinze ans», a répété à plusieurs reprises Emmanuel Macron. Marine Le Pen conteste toutefois la véracité de ces chiffres : nous faisons donc le point.

À lire aussiLe chômage est-il vraiment au plus bas «depuis quinze ans» ?

Compétitivité : la «réindustrialisation» est-elle en marche ?

Alors que la France voyait son tissu industriel se réduire comme peau de chagrin depuis des décennies, l’exécutif assure avoir commencé à renverser la tendance. Une dynamique a été enclenchée, affirment Bruno Le Maire comme Emmanuel Macron, ajoutant que l’Hexagone commence à voir revenir des usines, projets et investissements. Alors, que disent les chiffres ?

À lire aussiLa France est-elle «en train de retrouver le niveau de réindustrialisation des Trente Glorieuses» ?

Retraites : une réforme est-elle inévitable ?

Réforme des retraites, le retour. S’il est réélu, Emmanuel Macron a d’ores et déjà annoncé souhaiter reculer l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans. ««Tous ceux qui vous disent qu’on peut maintenir les choses comme elles sont mentent. Ce système est déficitaire, il le sera pendant plusieurs années», a-t-il martelé récemment. Une analyse contestée par les syndicats et oppositions. Alors, qu’en est-il ? Y a-t-il un problème de financement pour nos retraites ?

À VOIR AUSSI – «Nous devons travailler plus»: Emmanuel Macron souhaite atteindre «le plein emploi» et continuer la réforme des retraites

À lire aussiUne réforme est-elle inévitable pour équilibrer le système des retraites ?

Immigration : la France, moins concernée par les «clandestins»

L’Hexagone serait-il moins concerné par l’immigration clandestine que ses voisins ? Fin 2021, le ministre de l’Intérieur a assuré que «la France a beaucoup moins de clandestins que la plupart des grands pays d’Europe, à commencer par la Grande-Bretagne». Est-ce vrai ?

À lire aussiImmigration : y a-t-il «beaucoup moins de clandestins» en France que dans les autres «grands pays» d’Europe ?


Emploi : la «priorité nationale» peut-elle s’appliquer au monde du travail ?

Parmi les pistes figurant dans son programme, la candidate RN propose d’attribuer «une priorité aux travailleurs français» par rapport aux étrangers. Mais est-il possible, juridiquement, de mettre en œuvre cette idée ? Ne sera-t-elle pas considérée comme de la discrimination et censurée ?

À lire aussiPeut-on attribuer «une priorité aux travailleurs français» par rapport aux étrangers ?

Immigration : un référendum peut-il changer la Constitution ?

Si elle est élue, Marine Le Pen souhaite modifier, via un référendum, la Constitution française pour appliquer son programme. Objectif : «modifier» le statut des étrangers, l’accès à la nationalité et «faire prévaloir» le droit national sur le droit international. Mais est-ce vraiment possible ?

À VOIR AUSSI – Immigration: «Il faut protéger les frontières de l’Europe», martèle Emmanuel Macron qui ne croit pas au «grand remplacement»

À lire aussiImmigration : peut-on réviser la Constitution par référendum, comme l’affirme Marine Le Pen ?

Sécurité : la religion chrétienne, la «plus menacée» en France ?

Les Chrétiens sont-ils les croyants les plus visés par les actes antireligieux ? Interrogé sur Cnews, le porte-parole du RN, Julien Odoul, l’a assuré : «la religion chrétienne est la plus menacée en France». Est-ce bien ce que montrent les chiffres ?

À lire aussiLa religion chrétienne est-elle «la plus menacée en France» ?

Nucléaire : la centrale de Fessenheim peut-elle encore être relancée ?

Si elle est élue, la candidate RN souhaite «relancer la filière nucléaire» en France, afin de lutter contre les énergies fossiles. Et, mi-mars, Marine Le Pen indiquait à nouveau qu’elle souhaitait rouvrir la centrale de Fessenheim, «si c’est encore possible». Alors, est-ce trop tard ? Ou cette piste existe-t-elle encore ?

À lire aussiEst-il encore possible de rouvrir Fessenheim ?

Institutions : l’absence de proportionnelle, une exception française ?

Pour Marine Le Pen, l’instauration de la proportionnelle aux élections législatives permettrait «aux Français d’être représentés». L’Hexagone fait figure d’exception en Europe, sur ce dossier, a-t-elle ajouté. À raison ?

À lire aussiLa France est-elle le seul pays d’Europe à ne pas avoir instauré de proportionnelle aux élections législatives ?

Infrastructures : peut-on renationaliser les autoroutes ?

C’est l’une des promesses phares de Marine Le Pen : en cas de victoire, la candidate compte bien reprendre en main la gestion des autoroutes, afin, notamment, de baisser «de 15% les péages». Un moyen, dit-elle, de redonner du pouvoir d’achat aux ménages. Mais est-ce crédible ? La facture d’une nationalisation serait-elle supportable pour les comptes publics ?

À lire aussiL’État peut-il nationaliser les autoroutes ?

Social : l’Hexagone, pays le plus généreux avec les clandestins ?

Fin 2021, alors qu’un drame avait conduit à la mort de migrants au large de Calais, Marine Le Pen avait avancé qu’une partie importante des personnes interrogées à la frontière polono-biélorusse souhaitaient venir en France, non partir au Royaume-Uni. «C’est en France que les clandestins ont le plus d’accès aux aides sociales, aux soins», ajoutait-elle alors. «Les clandestins regardent les offres des différents pays, et ils vont là où leur situation sera améliorée», disait-elle encore. À raison ? La France est-elle si généreuse ?

DEJA UNA RESPUESTA

Por favor ingrese su comentario!
Por favor ingrese su nombre aquí